• Paume de la main sur le disque
    Son-poussière de métronome
    De vieilles notes erratiques
    Phonographe hétéronome

    Le vintage d'un las silence
    Musical, le pétrichor des
    Tiroirs, et petite ambiance
    Sous la pluie d'un hominidé

    Un peu de mains et de tissus
    Entremêlent oublie et sangsues
    D'un peu de braises, de pâleurs
    Sous la couette de nos pleurs

    di_20181111
    tsunn

    ______________________

    Si vous êtes des petits flemmards ou pas doués pour compter les pieds de vos vers ou jamais trop sur de vous et j'en passe : https://www.scribblab.com/outils/syllaber

     


    votre commentaire
  • Sommes-nous de cette pluie infernale
    Née sous la dentelle des nuages
    Pour que d'une rosée matutinale
    Nous puissions y faire naufrage ?

    Nous avons cru à un malheur, un accident
    Lorsque du soleil, s'est soudain levé le vent
    Mais point de piètre malédiction
    Ainsi fût notre destin : s'éclater contre le gazon

    Puis, nous nous éloignons de l'azur hagard
    Et fusionnons dans une étendue miroir
    Submergeant villes et bazars

    S'écoulent gouttes, heures et larmes
    Sans que de notre tempête ne fane le charme

    li_27082018
    tsunn


    3 commentaires
  • getting bored of it all
    waiting for the sunrise
    waiting for the fall
    as the time passes by and lies
    such as a dread and sullen
    leaf crushed by my eyes
    pouring tears and the pollen
    of my fears

    get bogged

    down

    li_27082018
    tsunn


    votre commentaire
  • De chaque matin
    Sur un chant de feuille
    Agenouillés, respirant leur thym
    Sanglant, désarrimé de son recueil
    Fugaces et hostiles sont les lutins
    A vagabonder dans la clairière
    Entre vent et bruyère
    Sur un tas d'os restituant leurs prières
    Enchainant un requiem des plus fragiles
    A la perte de leur graciles
    Compagnons perdus depuis longtemps
    Sous un linceul, d'iris, de blanc et de blond.

    di_26082018
    tsunn


    3 commentaires
  • Son grésillement

    Retentit tel un tintement

    Sur ma cheville

    Et je cris pour ma bequille

    Pour marcher, être libre

    Ressentir chacune de mes fibres

    Jusque dans mes intestins

    Si demain je suis encore vaurien

    D'avoir subtilisé irréfléchiment*

    Quelques secondes de mon triste temps

     

     

    sa_11082018
    tsunn

    *un néologisme


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique