• porte-moi

    Son grésillement

    Retentit tel un tintement

    Sur ma cheville

    Et je cris pour ma bequille

    Pour marcher, être libre

    Ressentir chacune de mes fibres

    Jusque dans mes intestins

    Si demain je suis encore vaurien

    D'avoir subtilisé irreflechimemt

    Quelques secondes de mon triste temps

    Cordialement,

    À mon court instant

     

    Tsunn _ sa.11/08/2018


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :