• Trimard

    Virée en mer, sous la pluie et l'enfer
    Contaminé des rides sans repères
    Au loin est perdu l'hiver
    Sans atout, ni trépas, l'au-delà se perd
    Et sans chaînes à terre
    Se déchaine la mer
    Dos au précipice, tomber dans le supplice
    D'un enfermement scruté au scalpel
    Sur une peau saine, de graine s'appelle
    Au sommet de la peur, caché sous
    La couverture des pleurs, et s'enfouisse
    La vue qui ne pourra prendre le dessus
    Sans secours, sans cris
    La vague est tombée dans l'oubli
    Qu'une onde la tire, que de deux fois sans peine
    A trois pas de la haie, emprise sur la haine
    Accroupi dans le sang, virevolte sans sens
    Agenouillé et priant, qu'un jour dans l'immense
    S'emmêle les nuages d'une paix sans voyage
    Cloisonné d'une liberté, ensevelis sous la clarté
    D'un doux nom sans soleil, d'un doux nom apeuré.

    27022018 - Tsunn


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :